Quoi visiter à Bordeaux ?

En fin de compte, Bordeaux est une ville de l’Atlantique, pas trop éloignée de la mer, avec laquelle elle se connecte le fleuve de la Garonne qui la traverse, et qui s’adresse à l’intérieur des terres avec une attitude déterminée et consciente. Bordeaux est ainsi, jamais la même qu’elle-même, et en même temps certaine de son développement historique, de la richesse de son territoire et de sa culture, au point qu’il ne faudra pas longtemps pour découvrir que tout le centre – et la moitié de la ville – est en fait un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le cœur monumental de la ville est bordé par trois avenues (Cours Clemenceau, Cours de l’Intendance, Allées de Tourny). En vous promenant entre l’architecture sobre et les arbres qui bordent les élégants boulevards, vous trouverez des boutiques, des bars, des restaurants élégants et le rythme de la vie urbaine. Le point de rencontre reste la Place de la Comédie, et son Grand Théâtre avec sa magnifique façade néoclassique et ses colonnes corinthiennes. A proximité, l’Esplanade des Quinconces, la place la plus vide de France, tandis que les anciens entrepôts du Quai de Bacalan sont devenus des boutiques, des bars élégants et des cafés animés. La rive, et toute la zone des quais, ont une atmosphère intéressante. Les grands entrepôts d’autrefois ont aujourd’hui retrouvé une vie nouvelle et bien différente : c’est le cas, par exemple, du Musée d’art contemporain, du CAPC ou de la place de la Bourse elle-même, qui est toujours entourée de bâtiments du XVIIIe siècle près du fleuve. Et c’est une combinaison d’architecture et d’urbanisme qui est si attrayante et enthousiaste que les bordelais (les habitants de Bordeaux) sont évidemment, et à juste titre, heureux de vivre dans une telle ville.

Il y a aussi la nouvelle Cité du Vin, qui a ouvert ses portes en juin 2016 sur les bords de la Garonne. C’est certainement le meilleur centre pour le vin.

Voici une liste des choses à ne pas manquer à Bordeaux :

Château de la Brède

Château de Bordeaux, situé sur la commune de La Brède (département de la Gironde, France), et à environ 25 km du centre-ville de Bordeaux. Il a d’abord été construit au XIIe siècle, puis reconstruit en style gothique au XIVe siècle sur l’emplacement de l’ancien château. Le château est connu pour avoir appartenu à la famille Montesquieu pendant une période différente et à l’intérieur, vous pouvez admirer les pièces et le mobilier qui ont appartenu au grand philosophe (né le 18 janvier 1689), le baron de La Brède et de Montesquieu dont les descendants ont vécu dans le château jusqu’à récemment. Malgré les changements intervenus au fil des siècles, le bâtiment a conservé le caractère d’une forteresse, typique de la région viticole de Bordeaux, entourée d’un fossé rempli d’eau et comprenant un beau jardin à l’anglaise, que Montesquieu lui-même avait fait construire en 1731, à la suite de son séjour en Angleterre…

La cathédrale Saint-André

La cathédrale de Bordeaux brille par son histoire ancienne, qui remonte bien avant sa consécration en 1096. C’est le plus grand édifice religieux de Bordeaux et il conserve des témoignages des Wisigoths, des Francs, des Sarrasins et des Normands. Ses flèches sont visibles de tous les coins de la ville, non seulement les deux de l’édifice lui-même, mais aussi une troisième qui se dresse côte à côte, isolée dans une majesté inhabituelle. Dans la grande nef de l’église, le mariage d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II d’Angleterre a été célébré en 1152.

cathédrale de Bordeaux

L’église primitive a des racines anciennes, puisque la première mention écrite d’un bâtiment sur le site de la cathédrale remonte à l’année 814. Il a été construit sur l’emplacement d’un castrum romain dans le cadre d’un épiscopat composé de deux églises, celle de Saint-Sauveur et celle de Notre-Dame de la Place. Le premier lieu de culte a été détruit lors des invasions wisigoths. La tour Pey-Berland est un clocher du XVe siècle, construit séparément de la cathédrale afin de ne pas menacer la structure elle-même, peu sûre étant donné le terrain marécageux sur lequel elle a été construite. Classée monument historique par le gouvernement français en 1862, on peut la visiter en accédant à la terrasse supérieure (environ 50 mètres de haut) par un escalier en colimaçon de 231 marches (la tour mesure au total 66 mètres de haut et comporte quatre niveaux accessibles). Au bout se trouve la statue dorée de la Madone Notre-Dame d’Aquitaine. La tour est de style gothique, de forme rectangulaire avec des contreforts, une galerie extérieure et surmontée d’une petite flèche octogonale avec une statue dorée au sommet. Elle est située au centre de Bordeaux, à quelques mètres de la cathédrale Saint André. Elle tire son nom de l’archevêque Pey Berland, qui a vécu entre le 14ème et le 15ème siècle et qui a notamment fondé la première université de Bordeaux. Au moment de sa construction en 1440, la tour était l’un des plus hauts bâtiments de la ville…

La Cité Frugès – Le Corbusier (Quartiers Modernes Frugès)

La Cité Frugès est un quartier de Pessac, une ville de l’agglomération bordelaise, en France, dont elle se trouve à une vingtaine de minutes au sud-ouest. Il est connu pour avoir été construit dans le style de Le Corbusier, sur commande de l’industriel Henri Frugès, dont il tire son nom. Construit en 1926 et habité en 1929, le quartier se compose de 50 maisons construites selon les canons urbanistiques typiques du style architectural donné. Depuis les années 1970, le quartier fait partie de la « Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager », devenant ainsi un site du patrimoine national. Depuis 2016, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO avec 16 autres œuvres architecturales de Le Corbusier. Le village a été construit entre 1924 et 1926 d’après le projet de Le Corbusier, en collaboration avec son cousin Pierre Janneret, qui a utilisé des termes révolutionnaires pour désigner les logements sociaux.

Le Grand Théâtre

Le Grand Théâtre de Bordeaux est considéré comme l’un des plus beaux bâtiments d’Europe, l’un des plus anciens opéras en bois d’Europe, situé place de la Comédie, au centre de Bordeaux. Il a été construit pendant la période économique la plus prospère de la ville, selon le projet de l’architecte français Victor Louis, et inauguré en 1780. De tous les bâtiments publics, le théâtre est sans doute le plus connu et le plus apprécié, non seulement pour le style architectural qu’il contient mais aussi pour l’acoustique exceptionnelle de la structure. Aujourd’hui, il abrite l’Opéra national de Bordeaux, accueille la saison d’opéra et les représentations du Ballet de l’Opéra ; il a également accueilli les concerts symphoniques de l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine. Le bâtiment se trouve sur le site d’un ancien temple de la période gallo-romaine et a été construit suite à la destruction d’un ancien théâtre municipal, situé près de la Grosse Cloche.

La Grosse Cloche

Nichée parmi les bâtiments de la vieille ville, la Grosse Cloche est l’un des plus célèbres monuments de Bordeaux, classé monument historique par décret du 12 juillet 1886. C’est le clocher de l’ancien hôtel de ville, ou plutôt un vestige des murs qui tire son nom de la cloche qui se trouve à l’intérieur (la Grosse Cloche) et qui est également représenté dans les armoiries de la ville. Il s’agit en fait de l’une des deux entrées médiévales de Bordeaux, construite au XVe siècle sur les vestiges de la plus ancienne Porte Saint-Éloy (également appelée Porte Saint-Jacques, car elle permettait le passage constant des pèlerins en route vers Saint-Jacques de Compostelle en Espagne.

Palais Rohan – Hôtel de Ville

Le Palais Rohan est l’Hôtel de Ville de Bordeaux, construit entre 1771 et 1784, dans un beau style néoclassique. C’est l’un des plus importants palais monumentaux de la ville, pour ses décorations et la taille de sa structure et pour la collection d’œuvres d’art qui y est conservée, étant en fait en partie utilisé comme Musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Il tire son nom de l’archevêque Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan, qui en a commandé la construction en 1772, à l’architecte Joseph Etienne, et a été achevé plus tard par Richard-François Bonfin. Les intérieurs sont richement décorés : le Grand Escalier d’Honneur, un escalier en pierre vanté comme l’un des plus beaux de toute la France, en est le chef-d’œuvre. Les chambres sont décorées dans des styles différents et sont particulièrement appréciées pour les peintures en trompe-l’œil de Giovanni Antonio Berinzago.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*